samedi 16 avril 2011

Oignons égyptien

Encore sur le thème de l'oignon...

L'oignons égyptien est sans contredit mon ami, si ce n'est parce qu'il est hâtif et, à peu de chose près, sans entretien. Aussi appelé oignon éternel et, à juste titre dans la langue de Shakespeare, the walking onion (l'oignon qui marche), cet oignon fait le plaisir des jardiniers paresseux.


Premièrement, il vous faut trouver quelques bulbilles (pour les personnes intéressées, j'en ai) que vous planterez bien espacés, tôt au printemps, dans un coin isolé du jardin.
Ensuite, il faut laisser le temps faire son oeuvre et après quelques semaines, vous verrez apparaitre un faisceau de tiges vertes, que vous pourrez récolter, question d'aromatiser les premières salade du printemps.
Ensuite, une tige ronde et rigide fera son apparition (une par oignonnet), ou bout de laquelle apparaitront rapidement des bouquets de bulbilles, semblables des oignons à mariner, eux aussi bien comestibles, en autant qu'on ait la patience de les peler...
La hampe florale s'allongera, les bulbilles prendront du volume et donc du poids qui, aidé par la loi de la gravité, finiront par briser la tige qui les portent pour tomber à une trentaine de centimètres du bulbe mère.
À ce moment, si l'espace le permet, on les laisse s'étendre, sinon, il faudra les récolter, question de limiter l'envahissement. Cette étape se fait quand on en à le temps; rien ne presse, l'oignon égyptien est non-seulement autonome, mais aussi très patient.
En septembre, quand toutes les hampes florales sont cassées et commencent à sécher, vous pouvez récolter les plants-mères, qui ressemblent à s'y méprendre à des échalotes cuisses de poulet que vous pourrez consommer comme des oignons nouveaux.
À leur place, vous replanterez d'autres oignonnets qui, en principe, pointeront leurs premières tiges tendres avant la fin de l'automne.
Si vous laisser les plants-mère en terre, ces derniers, comme des échalotes françaises, se sépareront en 2, parfois en trois et ce, année après année, jusqu'à former une masse compacte d'oignons matures intiment imbriqués. Un cycle de 2 ans est probablement la meilleure option pour obtenir de beaux oignons tout en investissant le moins de temps possible.

Ainsi, la question persiste; pourquoi diantre est-ce que je continue à vouloir faire poussez d'autres variétés d'oignons?

Notes:

La photo représente un oignon (pas un oignonnet), plantés au hasard d'une plat-bande au cours de l'été dernier. Visiblement l'oignon s'est séparé en trois; le temps de la récolte a peut-être sonné.



14 commentaires:

  1. Appreaciate for the work you have done into the post, this helps clear away some questions I had.

    RépondreEffacer
  2. Je viens de récolter mes oignons égyptiens et ils me font beaucoup penser aux lampascioni que l'on trouve dans la province Italienne des Pouilles. J'étais là cet été et j'y trouve le même coté rustique.
    François

    RépondreEffacer
  3. Finalement j'ai fait mes oignons en marinade. Le rouge de l'oignon s'est estompé et le vinaigre est devenu rose. Pas encore dégusté, j'ai hâte de voir s'ils ont conservés leur texture croquante.
    François

    RépondreEffacer
  4. Ce sont les bulbes ou les bulbilles que vous avez marinés? Personnellement, j'ai récolté mes bulbes d'un an il y a 3 semaines, juste avant que la nouvelle tige commence sa croissance. Mission accomplie, ils ont séchés comme des échalotes (sauf peut-être 10%) et je pourrai donc les conserver tels-quels, au frigo, pour une partie de l'hiver. J'aimerais bien avoir des nouvelles de vos marinades.

    Nathalie

    RépondreEffacer
  5. Ce sont les bulbes que je marine. Les bulbilles je les garde pour repartir les nouveaux oignons. Je vais d'ailleurs les replanter bientôt. Je viens de goûter et le bulbe est resté croquant. Le goût fort de l'oignon est toujours présent et la marinade est plus salée que sucrée. Idéal pour un Martini! Si c'est possible je vous envoie une photo.
    Et vous, une fois sec, vous les utilisez de quelles façons? François

    RépondreEffacer
  6. Je les conserves simplement pour la cuisine, quand je fais des préparations plus rustiques comme des mijotés; je les laisses entiers s'il s'agit de bulbes de 2 ans. J'ai déjà récolté un bulbe de 6 ans qui était gros comme un oignon espagnol.

    Nathalie

    RépondreEffacer
  7. Des nouvelles de ma marinade d'oignons égyptien. En fin de compte ce n'est pas terrible comme résultat. L'oignon reste dur et son goût est très fort. Et si le vinaigre devient rose les petits oignons eux deviennent d'un blanc jaune pas appétissant. La prochaine fois j'essaie ta méthode.
    François

    RépondreEffacer
  8. Bien malheureuse de ce résultat décevant. Personnellement, j'ai oublié de couper la tige des oignons de 2 ans que j'avais repiqué l'an dernier, question d'obtenir de plus gros bulbes à l'automne; la floraison était si belle! Je vais continuer mon test et me mettre une note à l'agenda pour l'an prochain. On verra ce que ce que ça donnera. Parlant oignons; est-ce que tu cultives des cippolinis?

    RépondreEffacer
  9. Non. Ils semblent intéressants tel que décrit sur Solanaseeds. L'ail m'intéresse plus. J'en cultive 5 variétés. Avec les tomates et tous le reste le temps manque.
    Bonne saison! François

    RépondreEffacer
  10. Très intéressants les cippolinis; facile à cultiver et la récolte en est hâtive, par-contre, ils sont de courte conservation et je me demandais s'il y avait un truc que je faisait de travers lors de la récolte. Ahhhh l'ail! J'ai justement terminé de le récolter hier....

    Bonne saison!

    Nathalie

    RépondreEffacer
  11. J'aimerais bien avoir de ces bulbilles.
    karine

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. J'en aurai vers la fin avril. Contactez-moi...

      Effacer
  12. Bonjour, Moi aussi j'aimerai avoir de ces bubilles. Nina

    RépondreEffacer
  13. Quand les bulbilles seront dégagés de leur chape de neige, je vais mettre un avis sur le blogue...

    RépondreEffacer